Catégories : Blog|

À propos de l'auteur : sarah magique

Partagez cet article
Catégories : Blog

Auteur

sarah magique

Partagez

différences entre formation permaculture et formation bio

Formation permaculture et Formation bio : Quelles différences ?

Se former à des pratiques durables, éthiques et respectueuses de l’environnement est une démarche qui intéresse un large éventail de personnes. Vous souhaitez développer un mode de vie et de développement soutenable pour l’écologie, l’économie locale et l’humain, créer des écosystèmes autonomes et résilients ainsi qu’apprendre à cultiver des aliments sains et respectueux de l’environnement en utilisant les principes de la nature ? Se former en permaculture est totalement indiqué pour vous.

À côté de la formation permaculture, l’apprentissage en agriculture bio est aussi très prisé actuellement. L’une comme l’autre de ces formations est idéale pour créer ou améliorer un jardin, un potager, une ferme, voire un habitat ou la gestion de l’énergie de manière durable et autonome. Ces deux types de formation sont aussi destinés aux apprenants souhaitant participer à la transition écologique et sociale en contribuant à la régénération des écosystèmes et au partage équitable des ressources.

Suivre un apprentissage en permaculture est néanmoins différent par rapport à une formation en agriculture bio. L’agriculture biologique s’appuie sur des pratiques naturelles, telles que la rotation des cultures ou le compostage. L’une de ses finalités est de produire en excluant l’utilisation de pesticides, d’engrais chimiques et d’herbicides, mais en privilégiant les engrais verts. La permaculture quant à elle entend créer des systèmes productifs résilients et respectueux de l’environnement.

Que vous soyez particuliers, professionnels, associations ou collectivités, découvrez les différences entre un cours de permaculture et une formation bio.

Ce qu’il faut savoir sur les formations permaculture et sur les formations bio

Comme tout programme d’apprentissage, les formations tournées vers la permaculture ou vers l’agriculture biologique visent avant tout à faire découvrir aux apprenants et à leur inculquer les principes et les techniques liées à ces deux notions.

Une formation bio fournit par exemple des connaissances approfondies et des compétences pratiques dans les méthodes agricoles biologiques. Ces formations sensibilisent les participants aux principes de l’agriculture biologique, à promouvoir des méthodes de culture durables, et à encourager une approche respectueuse de l’environnement. Les principes de l’agriculture biologique sont développés dans ces cours, notamment l’interdiction d’utilisation de pesticides chimiques et d’engrais synthétiques, la promotion de pratiques respectueuses des cycles naturels, et l’encouragement de la biodiversité. Les formations expliquent notamment le processus de certification bio, ainsi que les normes et les exigences que les agriculteurs ont à respecter pour obtenir la labellisation de leurs produits.

L’une des spécificités de la permaculture est de créer des systèmes écologiques, sociaux et économiques durables. La permaculture est une approche de conception holistique qui vise à créer des systèmes durables et résilients. Cette notion s’inspire des modèles observés dans la nature. Les techniques et les principes liés à cette approche sont dispensés dans les différents programmes d’apprentissage. La réalisation de projets concrets dans divers domaines comme le jardinage, l’habitat ou l’énergie est aussi envisageable dans les formations en permaculture.

La permaculture englobe en effet différents domaines tels que l’agriculture, l’architecture, l’écologie, la gestion de l’eau, l’énergie et la vie communautaire. La formation en permaculture offre aux participants les connaissances et les compétences nécessaires pour concevoir et mettre en œuvre des systèmes écologiques et éthiques. L’apprentissage comprend par exemple l’observation attentive de l’environnement, l’intégration harmonieuse des éléments, la minimisation des déchets, la prise de décision délibérée et éthique, la diversification des cultures, la conservation de l’eau et la création de cycles fermés de ressources.

La permaculture encourage une approche intégrée, où les participants apprennent à comprendre les interactions complexes entre les éléments d’un système et à concevoir des solutions qui bénéficient à la fois à l’homme et à l’environnement. Les praticiens de la permaculture cherchent souvent à créer des systèmes qui sont autosuffisants, résilients et respectueux de l’environnement.

la différence entre formation bio et formation en permaculture

Quatre points différenciant une formation permaculture d’une formation bio

Plusieurs points particuliers permettent de différencier une formation permaculture et un apprentissage bio :

  • À qui s’adresse chaque formation ?

Une formation en permaculture est ouverte à un large public. Les particuliers, les professionnels, les associations, etc. : un éventail de profils est susceptible de s’inscrire à ce type d’apprentissage. De son côté, une formation en agriculture bio s’adresse plutôt aux agriculteurs ou aux personnes qui souhaitent se former à ce métier.

  • Le contenu et la portée de chaque formation :

Une formation en agriculture bio se concentre principalement sur les pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, sans produits chimiques de synthèse. L’agriculture biologique est en effet intrinsèquement basée sur des méthodes agricoles sans produits chimiques synthétiques. Elle peut cependant ne pas mettre en avant l’accent sur la conception intégrée du paysage ou la création de liens complexes entre les différents éléments d’un système.

L’apprentissage en permaculture aborde de son côté la conception de systèmes durables, inspirés de la nature, dans plusieurs domaines de la vie humaine. Cette notion peut mettre l’accent sur la conception intentionnelle du paysage en favorisant la diversité des cultures, la gestion de l’eau, l’utilisation efficace de l’énergie et la création de synergies entre les éléments d’un système.

Les formations en permaculture abordent ainsi un large éventail de sujets. La conception de systèmes durables et au cœur de cet apprentissage, qui peut aussi inclure des domaines connexes comme la gestion de l’eau, la permaculture sociale et à d’autres notions proches. L’apprentissage en agriculture biologique se concentre généralement sur des pratiques agricoles spécifiques, telles que la gestion des cultures et leur rotation, sans oublier la gestion des sols.

  • Les objectifs de chaque formation :

La permaculture adopte une approche holistique. Les enjeux de cette notion prennent en compte chaque problème dans leur globalité. L’un des objectifs est ainsi de concevoir des systèmes durables dans différents domaines, tels que l’agriculture ou l’habitat. Ils incluent aussi la création de systèmes résilients, autosuffisants et respectueux de l’environnement. La formation tourne ainsi autour de ces principes importants de la permaculture. L’agriculture biologique aborde de son côté principalement les pratiques agricoles sans l’utilisation de pesticides chimiques, d’engrais synthétiques et d’organismes génétiquement modifiés. L’objectif central de l’apprentissage est la maîtrise des techniques de production des aliments biologiques sans compromettre la santé humaine ou l’environnement.

  • Quel champ d’application concret pour chaque formation ?

Dans la pratique, la permaculture est ainsi applicable à une variété de domaines. Sont concernés par cette approche holistique les secteurs de l’agriculture, la conception de jardins et l’habitat entre autres. L’agriculture biologique de son côté se concentre principalement sur les pratiques agricoles pouvant être appliquées à différentes échelles, des petites exploitations familiales aux grandes activités de production.

formation bio

Critères Formation en permaculture Formation en agriculture biologique
Public cible Ouverte à tous : particuliers, professionnels, associations. Principalement pour agriculteurs et aspirants agriculteurs.
Contenu et portée Conception holistique de systèmes durables (agriculture, habitat, énergie…). Pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, sans produits chimiques.
Approche Holistique, aborde divers domaines de la vie et de l’environnement. Spécifique à l’agriculture, avec un focus sur les méthodes sans produits chimiques.
Objectifs Créer des systèmes durables, résilients et autosuffisants. Production alimentaire biologique sans compromettre la santé ou l’environnement.
Application pratique Large éventail : agriculture, gestion de l’eau, énergie, habitat, humain… Focalisée sur les pratiques agricoles (culture, rotation, gestion des sols…).
Principes clés Diversité des cultures, conservation de l’eau, cycles fermés de ressources. Interdiction des pesticides chimiques, engrais synthétiques, OGM.
Certifications/labels Variable selon le programme. Processus de certification biologique, respect des normes établies.

Permaculture, agriculture bio : kézako ?

Pour véritablement s’imprégner des différences entre une formation permaculture et un apprentissage en agriculture bio, il est toujours judicieux de faire la distinction entre ces deux grandes notions que sont la permaculture et l’agriculture biologique.

  • Découvrez la permaculture

Permaculture est un mot valise. Ce nom est issu de l’expression anglaise « permanent agriculture ». Le mot apparaît pour la première fois dans une publication signée de deux scientifiques australiens engagés dans la cause environnementale : Bill Mollison et David Holmgren. Leur livre sorti en 1978 s’appelle Permaculture One et s’attache à présenter des idées susceptibles d’être utilisées pour créer des systèmes agricoles stables.

Initialement, permaculture est un mot qui évoquait spécifiquement « l’agriculture permanente ». Au fil du temps, le terme s’est élargi. Il représente plus tard une « culture permanente » ou une « agriculture durable » et inclut des facettes psychosociales et pédagogiques indispensables à la durabilité d’un système.

D’une conception de l’agriculture et de l’horticulture durable fondée sur l’observation minutieuse des écosystèmes et des cycles naturels et leur imitation, la permaculture s’est mutée à la fois en une science et un art de concevoir des écosystèmes qui se régénèrent. Cette notion s’inspire du fonctionnement du vivant.

L’une des spécificités de la permaculture est de réunir à la fois une éthique, un ensemble de principes, ainsi que des outils méthodologiques permettant de concevoir tous types de systèmes. La permaculture est aussi bien efficace pour la réalisation d’un petit potager familial à l’aménagement de bassins versants, en passant par des lieux de vie et des systèmes agronomiques.

Trois principes fondateurs animent la permaculture selon certains spécialistes de cette notion · prendre soin des humains, prendre soin de la terre, partager équitablement les ressources.

Découvrez également notre article sur la meilleure formation pour débuter en permaculture.

  • Apprenez ce qu’est l’agriculture biologique

Les années 1920 voient l’apparition du concept d’agriculture biologique. Pêle-mêle, des penseurs et des agronomes de l’époque remettent en cause l’introduction de l’industrie dans l’agriculture et initient la notion d’agriculture biologique.

Considérée en grande partie comme une méthode de production, l’agriculture biologique a pour finalité de produire en respectant les systèmes et les cycles naturels. Les objectifs supplémentaires de l’agriculture biologique sont aussi de maintenir et d’améliorer les sols, l’eau, l’air, les animaux, les végétaux et leur équilibre.

L’agriculture biologique vise ainsi à cultiver des légumes et des fruits en excluant le recours à des produits chimiques de synthèse de l’agriculture industrielle et intensive. En agriculture biologique, la fertilisation du sol et la protection des plantes sont des enjeux fondamentaux. Ces démarches sont mises en pratique en privilégiant au maximum l’utilisation d’engrais et de pesticides issus ou dérivés de substances naturelles.

Les pratiques d’agriculture biologique respectent des normes contraignantes sous l’égide de différents organismes de labellisation. L’adoption de produits biologiques peut être motivée chez les agriculteurs et les consommateurs par la recherche de meilleurs revenus, d’une meilleure santé au travail, de la protection de l’environnement ou des produits perçus comme plus sains.

Pour certains spécialistes, l’agriculture biologique est un système de production qui maintient la santé des sols, des écosystèmes et des personnes. La pratique de l’agriculture biologique repose sur l’utilisation de processus écologiques, la valorisation de la biodiversité, et l’adoption de cycles adaptés aux conditions locales. Plutôt que de recourir à des intrants aux effets néfastes, l’agriculture biologique harmonise la tradition, l’innovation et la science dans le but de préserver l’environnement commun.

(LN) Crédit photo:Pexels

Articles similaires